Resistance pull up arduino

Resistance pull up arduino

Input_pulldown arduino

Les résistances d’excursion haute sont très courantes lorsqu’on utilise des microcontrôleurs (MCU) ou tout autre dispositif logique numérique. Ce tutoriel expliquera quand et où utiliser des résistances de tirage vers le haut, puis nous ferons un calcul simple pour montrer pourquoi les tirages vers le haut sont importants.

Disons que vous avez un MCU avec une broche configurée comme une entrée. Si rien n’est connecté à la broche et que votre programme lit l’état de la broche, sera-t-elle haute (tirée vers le haut vers VCC) ou basse (tirée vers le bas vers la masse) ? C’est difficile à dire. Ce phénomène est connu sous le nom de flottement. Pour éviter cet état inconnu, une résistance pull-up ou pull-down garantit que la broche est dans un état haut ou bas, tout en utilisant une faible quantité de courant.

Pour simplifier, nous nous concentrerons sur les tractions car elles sont plus courantes que les tractions. Ils fonctionnent selon les mêmes concepts, sauf que la résistance pull-up est connectée à la haute tension (qui est généralement de 3,3 V ou 5 V et est souvent appelée VCC) et que la résistance pull-down est connectée à la masse.

Résistance de pull-up et pull-down

La résistance pull-down établit un niveau bas (0) à l’entrée numérique dans l’état de repos du circuit. Ce type de circuit est le plus couramment utilisé dans les entrées numériques pour éviter les lectures erronées dues au bruit externe et à la consommation d’énergie. La résistance est généralement de 10 kΩ et le circuit avec cette configuration serait le suivant.

  Victoria arduino eagle one prima

Un exemple de circuit “pull-down” peut être trouvé sur la carte EduBasica sur la broche numérique D2, préparée pour être configurée comme une entrée, avec un bouton poussoir et une résistance pull-down connectée. Le schéma du circuit est le suivant

Configurations pull-up et pull-down pour les circuits numériques

Directions : Connectez trois fils à la carte Arduino. Les deux premiers, rouge et noir, se connectent aux deux longues rangées verticales sur les côtés de la planche d’essai pour donner accès à la source de 5 volts et à la masse. Le troisième fil relie la broche numérique 2 à une broche du bouton-poussoir. Cette même broche de bouton-poussoir est connectée à la masse via une résistance pull-down (dans ce cas 10 KOhms). L’autre extrémité du bouton poussoir est connectée à la source de 5 volts.

Remarque : Lorsque le bouton-poussoir est ouvert (non enfoncé), il n’y a pas de connexion entre les deux pattes du bouton-poussoir, la broche est donc connectée à la masse (par l’intermédiaire de la résistance d’excursion basse) et nous lisons un LOW (bas ou 0). Lorsque le bouton est fermé (pressé), la jonction entre ses deux extrémités s’établit, reliant la broche à 5 volts, de sorte que nous lisons un HIGH (haut ou 1).

Circuit pull down

Les portes logiques numériques peuvent être utilisées pour se connecter à des circuits ou des dispositifs externes, mais il faut veiller à ce que leurs entrées ou leurs sorties fonctionnent correctement et fournissent la condition de commutation attendue.

Les portes logiques numériques, les circuits intégrés et les microcontrôleurs modernes contiennent de nombreuses entrées, appelées “broches”, ainsi qu’une ou plusieurs sorties, et ces entrées et sorties doivent être correctement placées en position HAUT ou BAS pour que le circuit numérique fonctionne correctement.

  Quel est le langage de programmation utilisé pour programmer l Arduino?

Nous savons que les portes logiques constituent l’élément de base de tout circuit logique numérique et qu’en utilisant des combinaisons des trois portes de base, la porte ET, la porte OU et la porte NON, nous pouvons construire des circuits combinatoires assez complexes. Mais étant numériques, ces circuits ne peuvent avoir qu’un seul des deux états logiques, appelés état logique “0” ou état logique “1”.

Ces états logiques sont représentés par deux niveaux de tension différents, et toute tension inférieure à un niveau est considérée comme un “0” logique, et toute tension supérieure à un autre niveau est considérée comme un “1” logique. Ainsi, par exemple, si les deux niveaux de tension sont 0V et +5V, 0V représente un “0” logique et +5V représente un “1” logique.